•  

    Nos vies sont compliquées, mais au moins je ne te joue pas les mêmes shémas.

    Tu es jaloux d'un homme qui n'a plus aucune place...

    Je suis jalouse d'une femme qui essaye d'en prendre un peu trop...

    Je ne t'arrose pas de Ti-Punch, tu t'abreuves de mon whisky... je déteste ça.

    Je n'aime pas nos complications...

    Elles nous retardent... Pour profiter de chaque instant, je lui mettrais bien ma droite dans ses dents. Je me retiens, je suis trop gentille.

    Tu me prends par la main, mais tu détestes les effusions...

    J'embrasse tes yeux et je connais tes sursauts face à mes chatouilles.

    J'adore ça quand tu parles de toi et moi.

    Et pourtant je vis bien quand tu n'es pas là. Je pense à toi c'est tout, ça me suffit.

    C'est nos deux indépendances qui nous relient... j'adore ça !

    Et je ne veux pas de cet autre petit toi entre toi et moi ! Je la déteste ELLE !

    Mais je retiens tes mots d'amour... encore !

     


    7 commentaires
  •  

    Un appartement toi et moi... Une chambre pour toi.. et moi.

    Une chambre pour eux.

    Et nous ?

    Un salon avec tes livres chiants et mes romans.

    Une télé pour mes séries et tes infos. Une télé écran plat... comme nous l'avons vu, toi et moi.

    Une femme de ménage ? Dis oui !

    Un frigo plus grand que moi... mais moins que toi.

    Une belle cuisine. Pour mes petits plats. Je suis sure que toi aussi tu m'en feras.

    De la musique, n'oublie pas.

    Un balcon se serait bien, mais s'il n'y en a pas je ferai sans, tant que ce n'est pas sans toi.

    On jouera aux grands et parfois... on s'engueulera.

    Mais t'adore mon coté chieuse, je ne supporte pas ton coté indécis.

    On se prendra la tête et on se réconciliera. Parce que ce que l'on sait faire de mieux toi et moi, c'est de rire... de toi et moi.

    Un jour tu l'auras peut être ton électrochoc... peut être que ce sera moi qui tiendrais le défibrillateur.

    N'attends pas.

    N'attends pas.

    J'aime trop rêver avec toi.

    N'attends pas trop, je suis déjà à la porte... pas pour rentrer non, pour sortir.

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Le petit être qui grandit est une fille... Information d'importance tombée hier soir.

    Une fille qui sera le prochain amour de ma vie. Un être d'importance... Un raccord entre toi et moi... Un lien qui fera de nous des personnes d'une même famille.

    Entre toi et moi, il y aura elle.

     


    16 commentaires
  •  

    Entre le réel et l'iréel les choses se flouent...

    Depuis toujours ce qui s'écrit est une part du réel, une infime part parfois, une évidence d'autres fois. Un mensonge ? Qui saura...

    Elle analyse ses mots, réécrit ses phrases, elle ne refera pas son histoire.

    Tu la quittes enfin, lui il se fiance. Qui est-elle au milieu de ses hommes qui sont si indécis quand ils la rencontrent et si décisif quand ils la quittent ?

    Non tu ne l'a pas quitté, tu lui dis que tu la quittes elle, l'autre... Bien sur. Mais sais-tu ce qu'elle entends? Que vous essaierez peut être, que vous ne réussirez peut être pas. Que vos différences seront telles que vous n'y résisterez pas.

    L'air caline, la chanson mélancolique. L'air amoureuse, les paroles à peine mélodieuses. Qu'y peut-elle ?

    Quand tu es avec l'autre, elle est avec d'autre. Refusant de s'attacher assez à cet homme qui n'appartiendra peut être jamais à son coeur.

    Tu quittes l'autre pour la rejoindre elle et elle s'allonge pour oublier... oublier qui ?

    Tu te doutes, tu sais presque, tu ne dis rien parce que tu sais... Sans être avec elle entièrement tu ne peux lui demander d'être à toi tout entière. Mais si tu étais là, pour elle chaque fois comme tu t'apprêtes à le faire, retrouveras t'elle les paroles ou n'aura t'elle que l'air ?

    Tu t'attristes de sa tristesse, tu te bats contre ses sanglots... tu n'apaises pas sa colère... pourtant la tienne devrait bouillir qu'elle se dirige vers un autre.

    La vérité on ne la sait pas... On l'imagine. 


    1 commentaire
  •  

    Elle a cherché partout ce bracelet, retourné sa chambre, sa salle de bain, ses placards, son appartement...

    Et puis elle l'a retrouvé là, dans une boite couleur émeraude, au milieu de cartes postales et de photos, une histoire du passé qui a du mal à s'exprimer.

    Elle a pleuré et il n'a pas compris. C'est dans ses bras qu'elle a caché sa peine, dans sa chaleur qu'elle a compris ces trois petites lettres.

    Il lui en voudrait tellement s'il savait, pourtant il n'est pas idiot, il sait.

    Il a dit non pour y aller, elle a fait l'enfant gâté avec ses "j'irai sans toi", il a rit parce qu'il prends tout à la légère et puis "je n'en doute pas".

    Plus tard elle lui a dit "je n'y vais plus", sous entendu mais pas pour toi. Pour elle voyons, il le sait bien, dans son royaume d'égoïsme, son petit carcan d'enfant gâtée, dans ses rêves de princesse et de conte de fées. Evidemment tout ne se passe pas toujours comme on l'aurait voulu... pas de coup de baguette magique.

    Elle apprends les choses et fait comme si elles ne l'atteignaient pas.

    Ne pas lui dire qu'elle a le coeur lourd d'autre chose que de ce nous qu'il ne trouve pas chez elle.

    Il s'enfuit avec une autre qu'il n'aurait pas dû laisser pour elle... Non il ne s'enfuit pas, il se cache d'elle.

    Elle ne court pas vers lui, ne le rattrape pas, préfère le silence de sa chambre au rythme bruyant de son corps près d'elle.

    Pas aujourd'hui pas ce soir... demain ? Je ne crois pas.

    Elle n'y arrive pas. Elle a cherché partout sans trouver. Elle n'a jamais pris de photos c'est pour ça...

    On ne garde pas de photos jaunis d'histoires qu'on essaye mais qu'on sait vouée à l'échec.

    C'est de chaleur humaine dont elle a besoin, de bras autour d'elle qui diront "ne t'en fais pas". Elle ne s'en fait pas, elle laisse glisser cette fois. Elle n'ira pas devant l'écran enneigé.

    Peut être qu'elle sauvera les meubles avec sa douceur légendaire... Sa douceur qui n'est plus si souvent amour mais qui laisse peut être y croire.

    Elle lui sourira, penchera la tête sur le coté, oubliera cette case déchirée et il fera comme s'il n'avait rien vu...

    Parce qu'un jour peut être que ça marchera... Quand ils seront grands... quand ce seront deux grands enfants... quand elle oubliera qu'il y en a eu un autre avant lui... moins gentil, moins attentionné, moins présent, sauf pour d'autres.

    Un jour ils seront grands, de grands enfants qui écriront des contes de fées...

    Avec pour dernier mot ces simples trois lettres.

    FIN.


    3 commentaires